oc


oc

oc [ ɔk ] adv. d'affirmation
XIIe; mot occitan « oui »; lat. hoc
1Vieilli Langue d'oc : ensemble des dialectes romans du midi de la France, où oui se disait oc (opposé à langue d'oïl). ⇒ occitan.
2Par ext. D'oc : de langue occitane. « la France d'oc » (Abellio).

oc adverbe (ancien occitan oc, oui, du latin hoc) Langue d'oc, ensemble des dialectes romans du midi de la France, parfois appelés aujourd'hui occitan. ● oc (expressions) adverbe (ancien occitan oc, oui, du latin hoc) Langue d'oc, ensemble des dialectes romans du midi de la France, parfois appelés aujourd'hui occitan.

oc
partic. signifiant "oui" dans les dialectes de la France du sud de la Loire, couramment parlés au Moyen âge.
Langue d'oc: ensemble des dialectes du domaine gallo-roman parlés en France au sud de la Loire (à l'exception du basque et du catalan) et dans lesquels "oui" se dit oc (par oppos. à langue d'oïl et à francoprovençal). (V. encycl. roman.)

⇒OC, particule affirmative
LINGUISTIQUE
A. —[S'oppose à oïl] Au Moyen Âge, mot exprimant l'affirmation dans les régions de France approximativement situées au sud de la Loire, exception faite du Pays basque. [L'orateur:] (...) pour le gain des suppliques qui nous chargent de vous retirer d'ici sans retard. (Oc! interrompirent aussitôt des voix dans la foule [des Béarnais], oc! oc! oc!) (D'ESPARBÈS, Roi, 1901, p.6).
B.(Langue d')oc. [S'oppose à (langue d')oïl] Ensemble des parlers anciens ou modernes particuliers aux régions de France où oui se disait oc, par opposition aux régions où oui se disait oïl et dont la langue présente des caractéristiques différentes. Synon. occitan, provençal (vieilli). États Généraux de la langue d'oc; idiome, dialecte, parler, patois d'oc; civilisation, écrivains, littérature d'oc; pays, terre (de langue) d'oc; France d'oc. La Société des anciens textes français constituée en 1875, publie «des documents de toute nature rédigés au moyen âge en langue d'oc et en langue d'oïl» (Civilis. écr., 1939, p.28-3):
♦ Dans le Midi même, où si longtemps ils avaient régné en maîtres [les patois], leur domination est terminée [lorsque s'ouvre le XVIIIe siècle]. Plus d'actes publics, de procédures, de papiers notariés en «langue d'oc». La langue littéraire, la langue d'apparat —bien plus, la langue qu'on écrit dès qu'on prend la plume, c'est le français.
L. FEBVRE, La Nationalité et la lang. en Fr. au XVIIIe s., [1926] ds Combats, 1953, p.185.
Rem. 1. Au sujet de la langue d'oc (ou occitan) et du languedocien, v. occitan II B. 2. On relève oc employé pour désigner le Midi de la France et s'opposant à oïl qui désigne la moitié Nord: Les dieux clairs et les aveugles, l'autorité législative et la profondeur frénétique —l'oc et l'oïl (ARNOUX, Rhône, 1944, p.225).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. 1878. Étymol. et Hist. Particule d'affirmation, qui n'est plus usitée que comme terme de ling. dans l'expr. langue d'oc, dont les premiers ex. font réf. à la notion de «territoire où l'on parle cette langue» 1298 Lengue d'Oc (Doc. n° VII ds Notices et extraits de mss, t.20, 2e part., p.124: Gascogne, c'est à savoir les dessus diz conestable et mareschal et autre barons de par deça et de la Lengue d'Oc); 1373 ling. langaige d'oc (Inventaire ds L. DELISLE, Cabinet des mss, t.3, p.134, n° 378). Empr. à l'a. prov. oc «oui» (XIIe s. ds RAYN., cf. l'expr. dir oc ni no XIIe s., ibid.) corresp. à l'a. fr. o, v. oïl, du lat. hoc, neutre de hic; cf. au Moy. Âge dans le sens ling. ou géogr. les expr. latinisées lingua d'oc 1291 (Doc. ds DEVIC et VAISSETE, Hist. gén. du Languedoc, t.10, Preuves, col. 245), lingua de hoc 1295 (ibid., col. 247) et d'a. prov. lenga d'Oc 1323 (Leys d'Amors, éd. J. Anglade, livre I, p.9).

oc [ɔk] adverbe d'affirmation
ÉTYM. XIIe; mot occitan « oui »; du lat. hoc.
1 (Fin XIIIe, d'après Larousse du XXe siècle). Vieilli. || Langue d'oc : ensemble des dialectes romans du midi de la France, où oui se disait oc (s'oppose à langue d'oïl). Occitan. || Littérature de langue d'oc. || Dialectes de langue d'oc.
1 Nation en fleur, l'épée trancha ton épanouissement. Clair soleil du Midi, tu dardais trop ! et les orages sourdement se formèrent; détrônée, mise nu-pieds, et bâillonnée, la langue d'Oc, fière pourtant comme toujours, s'en alla vivre chez les pâtres (…)
F. Mistral, Calendal, IV.
tableau Classification des langues.
2 Par ext. || D'oc : de langue occitane. Occitan.
2 C'est que le peuple occitan, fidèle à sa nature religieuse, met toujours la puissance à sa place, derrière la connaissance, et que la puissance ne lui en impose pas, le général de Gaulle, homme de puissance entre tous, approuvé par toute la France sauf la France d'oc, en fournit longtemps une nouvelle preuve.
Raymond Abellio, Ma dernière mémoire, t. I, p. 45-46.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.